Amour/variations

 

texte et mise en scène Anne Théron

avec Pedro Cabanas, Raphaëlle Delaunay, Nirupama Nityanandan, Éric Stieffatre


Ce ne sont ni les larmes ni les cris qui l'intéressent ici, mais l'émotion dans son excès, le désordre d'un corps soumis à une tension physique, « organique » comme elle aime à le dire. Elle poursuit sa lente exploration de ce langage qui existe au-delà des mots. Elle entend le voir s'incarner sur scène dans les corps des deux acteurs et des deux danseurs. L'utilisation du micro, pour être au plus près du souffle, de la vidéo, pour être au cœur du mouvement, de la musique, pour être dans les variations de rythme, tendra à expérimenter la distance entre le langage et le corps. Au fond qu'est-ce qui est vrai dans les paroles que les deux héros échangent autour de cette passion que leur patron aurait eue avec une femme de passage, sinon leur propre désir - immense, impossible à vivre ? Anne Théron nous conduit sur le chemin de la sensation pure - celle qui ne doit rien aux sens ou à l'expérience 1 -, et peut-être, finalement, à l'amour idéal ?


Imaginez une ferme isolée, un paysage de poussière, une chaleur écrasante, et chaque après-midi un rendez-vous qui se répète, inlassablement, avec la même tension palpable.


À l'heure où tout le monde dort, terrassé par la chaleur, Tomeo, l'intendant, et Niru, la domestique, se retrouvent clandestinement pour se remémorer la passion de leur patron pour une fille de passage, venue chercher du travail. Chaque après-midi, immobiles dans l'air étouffant, Niru et Tomeo utilisent les mêmes mots pour raconter la même histoire et se créer des souvenirs, eux qui ne possèdent rien, sinon cette mémoire volée. Chaque après-midi, Tomeo parle en espérant que Niru le regarde et qu'il puisse l'approcher. Et, chaque après-midi, Niru se dérobe, bien qu'elle attende depuis le matin que Tomeo la rejoigne dans cet antre obscur, à l'abri des persiennes closes. Pourtant, chaque après-midi, ils se retrouvent encore et encore, dans l'espoir de cet amour qu'ils ne peuvent vivre, peut-être parce qu'ils n'osent imaginer qu'il leur soit donné. De ces après-midi, il reste une infinie nostalgie et un étrange érotisme, telles les variations de la vague qui meurt pour mieux renaître, en creusant son empreinte pour aussitôt la recouvrir


Anne Théron

 

  • assistante à la mise en scène Esther Moll
  • scénographie Barbara Kraft
  • son Jean-Baptiste Droulers
  • lumières Benoît Théron
  •  images Jean-Louis Gonnet
  • chorégraphie Claire Servant
  • administration Claire Guièze
  • production compagnie Les Productions Merlin, Le Théâtre - Scène nationale de Poitiers et Le Fanal - Scène nationale de Saint-Nazaire avec l'aide à la production de la DRAC Poitou-Charentes, de la Région Poitou-Charentes, et l'aide à l'écriture du Centre National du Théâtre avec le soutien du Théâtre de la Commune - Centre dramatique national d'Aubervilliers et de la Ferme du Buisson - Scène nationale de Marne-la-Vallée

La compagnie Les Productions Merlin est en résidence au Théâtre - Scène nationale de Poitiers depuis septembre 2007. Le spectacle est créé en automne 2008 au Théâtre - Scène nationale de Poitiers.